Nouveauté : Chirurgie Réfractive

Depuis le 30 juin au CH de Cambrai

La chirurgie réfractive

au Centre Hospitalier de Cambrai

 

 

 

Le Centre Hospitalier de Cambrai propose depuis le 30 juin 2017 la prise en charge de toute la chirurgie réfractive (chirurgie de la myopie, de l’hypermétropie, de la presbytie, anneaux intracornéens, incisions relaxantes en particulier) ainsi que la mise en place des anneaux intracornéens dans les kératocônes et les ectasies de la cornée ; ceci grâce à un laser Femtoseconde et un laser Excimer de toute dernière génération.

 

Qu’est-ce que la chirurgie réfractive ?

Pendant longtemps, les patients souffrant d'un problème de vision (amétropie) n'ont eu comme seul moyen de correction que les lunettes ou les lentilles cornéennes. Depuis maintenant plus de quinze ans, la science moderne nous propose une nouvelle alternative face à ces défauts de vision : la chirurgie réfractive.

Alors que les lunettes et les lentilles cornéennes constituent un moyen de correction, la chirurgie réfractive vise à enrayer le problème visuel modifiant la structure de l'œil lui-même ; c’est-à-dire la forme et la géométrie de la cornée.

 

Quelles sont les anomalies de réfraction ?

Dans un œil normal, le trajet des rayons lumineux est modifié par la cornée et le cristallin pour leur permettre de converger sur la rétine.

  • L'œil myope étant trop long, les rayons lumineux convergent en avant de la rétine.
  • L'œil hypermétrope est trop court et les rayons Iumineux convergent (virtuellement) en arrière de la rétine.
  • L'œil astigmate présente des anomalies de courbure cornéenne qui créent des distorsions de l'image rétinienne.
  • L'œil presbytie : Les personnes presbytes ne distinguent pas clairement les objets proches.


Les différents moyens de correction (lunettes, lentilles de contact) ont pour but de rectifier le trajet des rayons lumineux ; les techniques de chirurgie réfractive sculptent la cornée pour permettre la focalisation des rayons lumineux pour une image la plus nette possible.

 

Quelles sont les motivations des patients ?

Les motivations des patients pour la chirurgie réfractive sont diverses et correspondent à des enjeux pratiques, fonctionnels, esthétiques et financiers. L’estime de soi est également partie prenante chez certains patients, en particuliers atteints de fortes amétropies (myopie forte, etc.). Les facteurs principaux mis en avant par les patients (souvent associés) pour justifier la réalisation d’une chirurgie réfractive sont :

– l’intolérance aux lentilles de contact,

– l’aspect inesthétique des verres de lunettes,

– le sentiment d’insécurité voir de handicap provoqué par le dépendance à une correction optique (forts amétropes),

– le besoin de pratiquer certaines activités sportives ou de loisir sans lunettes ou lentilles (natation, voile, ski, moto, voyages et séjour en milieu naturel ou hostile, etc.),

– l’amélioration de la vision.

 

Dans tous les cas, le souhait d’une chirurgie réfractive doit émaner du patient. Ce souhait pourra donner suite à une intervention, à condition que le bilan préopératoire y soit favorable, et que les attentes du patient soient conformes aux résultats envisagés. `

 

Le déroulement de l’intervention

 

La chirurgie des yeux à visée réfractive est effectuée sous anesthésie topique ; c’est-à-dire avec instillation de gouttes, sans aucune piqure ni injection, en ambulatoire (pas d’hospitalisation) et de le plus souvent de manière bilatérale. Elle est indolore.

Le bilan préopératoire est effectué au cabinet du praticien, avec en particulier une mesure de l’épaisseur (pachymétrie) et de la forme de la cornée (topographie).

Juste avant l’intervention, un dernier examen est effectué au Centre Hospitalier de Cambrai avec la station de travail Sirius schwind permettant de mesurer la taille de la pupille (pupillométrie) et l’abérométrie (défauts qualitatifs de la vision), en particulier chez les presbytes, les astigmates et les cornées déjà préalablement opérées.

Le plus souvent est effectué un femtolasik bilatéral, permettant de traiter tous les défauts de la vison, avec un laser femtoseconde qui effectue la découpe du capot puis avec un laser excimer qui procède au traitement dans le lit intrastromal de la cornée, sous le capot. Cette intervention dure environ 20 mn pour les 2 yeux. Le patient sort 2h après l’intervention, après un contrôle en lampe à fente du bon positionnement du capot. La vision qui reste brouillée environ 4h après la chirurgie devient très satisfaisante dès le lendemain matin sans aucune correction.

Parfois est effectué une PKR (photokératectomie réfractive), dont le résultat visuel est plus progressif (environ 1 semaine) et qui nécessite la pose d’une lentille de contact à l’œil opéré.

Enfin, pour les cornées atteintes d’ulcères ou d’érosions récidivantes, la PTK (photokératectomie thérapeutique) est pratiquée, pris en charge par la sécurité sociale, dure comme la PKR environ 5mn et se termine par la pose d’une lentille pansement.

 

Les retouches chirurgicales des traitements réfractifs jusqu’à 24 mois après l’intervention sont assurées gratuitement au CH de Cambrai jusqu’à pleine satisfaction du patient.